Deux sports « congolais » à l’honneur pour les Jeux Africains de Brazzaville

<< Retour

Les Jeux continentaux sont tous sujets à la mise en avant de sports locaux et propres à l’identité du continent et du pays d’accueil.

Qu’il s’agisse du sambo (art martial caucasien) aux Jeux européens de Bakou ou du Va’a (épreuve de pirogue polynésienne) aux Jeux du Pacifique de Port-Moresby, chaque compétition continentale est propice à la mise en avant de sports dits de « démonstration ». Et en la matière, les Jeux africains ne font pas exception et Brazzaville 2015 mettra à l’honneur deux disciplines chères aux Congolais(es), le Nzango pour les femmes, et la boxe des pharaons pour les hommes. Le Nzango, une discipline mêlant danse, sauts, chorégraphies et chants est aujourd’hui un sport officiel dans les deux Congo, extrêmement populaire et en plein essor dans la région.

Mettant aux prises face à face deux équipes de onze femmes qui alternent à tour de rôle les sauts, croisements et décroisements de jambes pendant une durée de 50 minutes, le tout dans une zone d’expression assez réduite et sous le contrôle de deux arbitres, les équipes marquent des points en fonction des erreurs de l’adversaire dans le rythme, l’enchaînement entre joueuses et la concordance avec la musique.

IMG_0216bis

Un sport à la fois trans-générationnel, vecteur de mixité sociale et élément de pratique sportive et de bonne santé, il est aujourd’hui l’un des symboles de l’émancipation des femmes congolaises et sera mis à l’honneur pendant cette quinzaine des Jeux Africains. La boxe des pharaons quant à elle n’est pas pleinement originaire du Congo, mais d’Egypte pharaonique.

Tombée dans l’oubli au fur et à mesure des siècles, elle a été totalement remise au goût du jour et modernisée par Jean Samba, qui a dédié sa vie à la redécouverte de ce sport perdu. Après des années de recherches, ce sport tombé dans l’oubli a été officiellement approuvé par les instances congolaises en 1988 et se pratique en compétition dans le pays.

Devenu progressivement partie intégrante du patrimoine congolais, cette discipline a créé sa propre Fédération le 24 Mars 2013 dont M. Samba est le président. Aujourd’hui pleinement congolaise, la lutte des pharaons est une fierté nationale et sera pratiquée en tant que sport de démonstration en septembre prochain à Brazzaville.

Deux sports emblématiques de la culture sportive congolaise qui seront à n’en point douter des moments phares de ces Jeux Africains 2015.

PARTAGER